Malgré le contexte de la crise sanitaire, le rythme du chantier de la ZAC Plaine Saulnier et du Centre aquatique olympique ne faiblit pas grâce à l’énergie déployée par l’ensemble des équipes qui oeuvre chaque jour sur le terrain. La phase de déconstruction est aujourd’hui achevée et a permis d’enclencher plusieurs opérations de dépollution indispensables avant la phase de construction proprement dite.

Le lancement des travaux de déconstruction des bâtiments du site de la Plaine Saulnier a démarré en mars 2020 et ceux de dépollution en octobre 2020. Ces deux opérations très importantes ont été menées conjointement. Elles vont permettre le démarrage des travaux du Centre aquatique olympique au début du second trimestre 2021 puis, dans la foulée, de ceux portant sur les infrastructures et les espaces publics.

Une déconstruction attentive

Les tractopelles qui se sont activés sans relâche ont mis à nu le site de la Plaine Saulnier. Ce dernier laisse entrevoir toute son immensité et tout son potentiel. La totalité des bâtiments du site ont été déconstruits. Un travail méthodique de repérage a été réalisé en amont des démolitions successives. En effet, la nature très hétérogène des bâtiments et la diversité de leurs usages imposent une approche différenciée, chacun ne se prêtant pas aux mêmes techniques de déconstruction.

Brève histoire du site 

Le terrain, qui a accueilli l’usine du Landy à la fin du 19e siècle, a vu le déploiement de nombreuses activités en lien avec l’activité gazière jusqu’au départ du groupe Engie. Ce dernier y avait implanté, dans les années 1970 et 1980, son centre de recherche-développement désormais installé à Stains.

Un désamiantage en toute sécurité

L'amiante, très utilisée comme matériau de construction dans les années 1970 et 1980, était donc très présente dans les bâtiments du site. Elle a pu être identifiée lors de diagnostics préalables effectués au départ du groupe Engie qui ont été confirmés au commencement des travaux. Son enlèvement s’est effectué dans le strict respect de la réglementation en vigueur et de la sécurité des opérateurs. Aujourd'hui, l'amiante est retirée de l'intégralité des bâtiments. Les travaux de désamiantage sont désormais achevés depuis la fin du mois de février 2021.

Une dépollution nécessaire

En parallèle des travaux de démolition, une opération de dépollution est menée sur des zones spécifiques identifiées durant une campagne d'investigation très précise et détaillée. L'activité industrielle initiale a généré des sources de pollution qui conduisent à procéder à des travaux d'excavation des terres polluées. Afin d'y parvenir, d'immenses tentes de plusieurs milliers de mètres carrés ont été installées pour éviter tout risque de nuisances. La structure qui supporte les tentes s'appuie sur d'énormes pieux de fondations ancrées jusqu'à 18 mètres de profondeur. Les terres polluées, confinées tout au long de leur transport, feront l'objet d'un traitement spécifique dans les filières d'évacuation réglementaire.

Enfin, une fois les travaux d'excavation terminés, le remblaiement sera effectué à partir des matériaux obtenus lors du concassage du béton et des pierres issues de la phase de démolition du chantier. L'objectif est double : préserver la stabilité du sol afin de garantir la qualité des constructions et protéger l'ensemble des eaux souterraines.

Des gravats et remblais valorisés

Les puissantes pinces à métaux à l’oeuvre sur le site découpent et broient les structures des bâtiments déconstruits. Les pans de murs, essentiellement en béton, laissent ainsi apparaître en leur coeur des quantités impressionnantes d’acier que la Métropole du Grand Paris a décidé de valoriser intégralement dans le cadre de sa politique dédiée à l’économie circulaire. L’acier extrait est revendu. Quand à la pierre et au béton, très présents, ils font l’objet d’un concassage et d’un criblage permettant d’obtenir des granulats. Ces derniers ont vocation à être tous réutilisés sur le site tant pour les remblais du chantier de dépollution que pour les sous-couches de futures voiries de la zone d’aménagement concerté.